Aide au suicide

29 janvier 2018 11:38; Act: 29.01.2018 12:43 Print

Stricte, une loi allemande est bravée depuis Zurich

Une association allemande a décidé dimanche qu'elle accompagnerait vers la mort les patients depuis la Suisse afin de contourner la législation de son pays.

storybild
Sur ce sujet
Une faute?

Choisir le jour de sa mort est une option plébiscitée par toujours plus de Suisses. L'enquête publiée fin 2017 par le «Tages-Anzeiger» révélait en effet que 965 personnes ont pris librement une substance létale en 2015, contre 742 en 2014. Ceci alors qu'elles n'étaient que 86 à avoir recours au suicide assisté en l'an 2000.

Sondage
Que pensez-vous de l'aide au suicide?

Tandis que le nombre de suicides assistés ne cesse d'augmenter en Suisse, la tendance est toute autre chez notre voisin, l'Allemagne. En 2015, le Parlement allemand a en effet voté une loi interdisant la professionnalisation de l'assistance au suicide. Le Verein Deutsche Sterbehilfe, seule association d'aide au suicide en Allemagne, semble désormais avoir trouvé un moyen pour contourner cette législation, écrit ce lundi le «Tages-Anzeiger».

«Cette section est notre bouclier»

Lors d'une assemblée générale qui s'est tenue dimanche, les membres de la section zurichoise ont décidé de rendre cette filiale indépendante. L'association pourra désormais aider activement depuis la Suisse les Allemands souhaitant mourir. La filiale zurichoise a été créée en 2012 déjà par Roger Kusch, 63 ans. «Cette section est notre bouclier», avait-il expliqué à l'époque, craignant l'imminente entrée en vigueur de la loi citée plus haut. Depuis son entrée en vigueur, l'association avait en effet mis un terme à ses activités en attendant de trouver une solution pour contourner la législation.

Et voici comment devrait fonctionner l'aide au suicide allemande, orchestrée depuis Zurich: le patient se rend en Suisse, accompagné d'un proche. Une fois arrivé dans les locaux zurichois, il formule son désir de suicide accompagné. Le tout est enregistré sous forme de vidéo. Dans un second temps, le patient se fait ausculter par un médecin suisse, qui rédige un rapport et délivre une ordonnance pour la substance mortelle à ingérer. Lorsque la personne souhaite mourir, elle demande à son proche d'aller chercher la substance à Zurich et de la lui apporter en Allemagne. «Nous ne violons ainsi aucune loi allemande et ne commettons aucun crime. En principe, il s'agit ici d'aide à l'aide au suicide», estime Roger Kusch. La loi allemande interdit en effet la professionnlisation de l'assistance au suicide, mais pas l'aide au suicide fournie par des proches.

400 membres Et afin de s'assurer de ne pas avoir de problèmes avec la justice helvétique, Roger Kusch explique avoir d'ores et déjà informé le procureur général zurichois, Beat Oppliger, des nouveaux statuts de la filiale zurichoise. «Je lui ai dit que nous allons coopérer avec le Ministère public.» L'association allemande compte actuellement 400 membres, dont 300 sont affiliés à la section zurichoise. Ils paient une cotisation unique de 10'500 francs ou 9000 euros.

(ofu)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Visem le 29.01.2018 13:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Exit

    Je suis pour! Penser à ces personnes qui souffrent bcp et à leurs familles! Et ce droit légitime de décider de sa propre vie ou de sa propre mort!

  • Bastien le 29.01.2018 14:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On a parfois un ange gardien.

    Homme de bientôt 40ans. Atteint de maladies cardiaques importantes. J'ai préféré rester célibataire. Je travail à 80%. Il faut bien vivre. Le soir quand je rentre, je suis épuisé. Vraiment épuisé. Du-coup j'ai choisi de vivre avec une colocataire. Une amie de longue date. Célibataire aussi. Qui travaille la journée aussi. Le soir elle m'aide pour le ménage, les courses, le repas. Elle me repasse les vêtements civil (jeans; chemises; pulls). En même temps que ses vêtements à elle. La semaine je dois être en costume cravatte, au travail. Bon remarque: je vais très très régulièrement à l'hôpital pour des contrôle. Ma coloque qui est aussi mon amie de confiance, suit cela de prêt. Si je vous parle de tout cela, c'est qu'un moment, j'avais pensé au suicide. Ma maladie se dégradait. Je n'avançais plus. Ma future coloque venait déjà à la maison pour m'aider. 1 matin, elle m'a trouver totalement inconscient (étonnée de ne pas recevoir mon SMS de réponse), elle est venue. Elle tout fait le nécessaire. J'ai fait 1 mois d'hôpital en tout. Ma famille n'habitant pas la porte d'à côté, elle m'est vraiment venue en aide. Et là, on a décidé de faire la coloque. Elle a quitté sa location. Et elle est venue chez moi. Depuis, plus envie de suicide. Mais combien de temps vais-tenir: 6 mois, 1 an, 2 ans , 4 ans, 10 ans, plus ??? Seul le Seigneur le sait!!! Cet été, on va réalisé un voeu qui m'est cher: un 1/2 tour de France en camping-car. Donc Merci Julia!!!

  • Mick le 29.01.2018 14:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Droit à la vie, droit à la mort !

    Cest fou comme la société est contradictoire, hypocrite, il est tout à fait acceptable de pratiquer lavortement, euthanasier un animal, autre que la race humaine, sans gêne ! mais aider un être humain, (qui nest plus dans lutérus de sa mère), et qui soufre jour par jour, que ce soit des souffrances psychiques ou physiques et/ou les deux, il est immoral, indécent et cruel de laider à abréger ses souffrances dans le respect et la compréhension de la personne qui nen peut plus ! Le malade est même considéré comme un lâche, un égoïste de faire souffrir ainsi ses proches ! Nimporte quoi !

Les derniers commentaires

  • Sandra le 30.01.2018 02:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour une aide au suicide plus active

    Je suis entièrement pour le droit au suicide , car jai malheureusement vue plusieurs proches mourir de maladies graves et dans des souffrances inimaginables et cest quelque chose que je ne souhaite à personne par contre jai eu un oncle qui désirerai faire appel à Exit et ils ont refusé malgré quil avait toutes ces facultés psychiques et quil souffrait dune maladie incurable uniquement parce quil ne pouvait pas amener sans aide la substance létale à sa bouche . Du moment quune personne a toute sa tête ou avait fait les démarches , il faut alors les aider , non les laisser souffrir

    • Dan Hugonnet le 30.01.2018 09:53 Report dénoncer ce commentaire

      Profits financiers sur la vie

      Moi aussi je salue l'aide au suicide mais je comdamne le business qui se trame autour. Exit est trop cher et mal supervisé par l'état. Leur règlement comporte des failles et des conditions financières à leur seul avantage. Me laisser mourir avec l'aide de mon médecin en milieu sécurisé sans enrichir une entreprise à but lucrative privé. Si vous avez payé Exit et vous êtes diagnostiqué Alzheimer en cour de route vers la fin de vie,- vous n'êtes pas remboursé!

  • Bubba Gump le 30.01.2018 01:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Etre libre

    Aux débuts d'Exit, je me suis dit que c'était une initiative formidable. Aujourd'hui encore je suis pour cette liberté de choisir sa mort si on est condamné. Cependant je ne suis pas sûr de les appeler encore de nos jours car il y a eu de gros progrès dans les soins palliatifs. Et ça doit être tellement dur pour les proches...

  • Martine le 30.01.2018 00:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    un peu de dignité

    Un ami est un jour rentré chez lui. Il avait 17ans et vivait seul avec son père. Il l'a retrouvé pendu dans le salon... C'était il y a presque 20ans... Si exit avait existé, peut-être que ce jeune homme n'aurait jamais eu à subir ça ! Même genre d'histoire avec une connaissance que l'hôpital n'a pas laissé contacter l'association, il s'est jeté de la fenêtre ! S'offrir une mort digne devrait être un droit inaliénable ! Surtout si on vous oblige (comme exit) à faire un passage chez le psy avant de faire le grand saut...

  • Mick le 29.01.2018 14:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Droit à la vie, droit à la mort !

    Cest fou comme la société est contradictoire, hypocrite, il est tout à fait acceptable de pratiquer lavortement, euthanasier un animal, autre que la race humaine, sans gêne ! mais aider un être humain, (qui nest plus dans lutérus de sa mère), et qui soufre jour par jour, que ce soit des souffrances psychiques ou physiques et/ou les deux, il est immoral, indécent et cruel de laider à abréger ses souffrances dans le respect et la compréhension de la personne qui nen peut plus ! Le malade est même considéré comme un lâche, un égoïste de faire souffrir ainsi ses proches ! Nimporte quoi !

  • Borosco le 29.01.2018 14:38 Report dénoncer ce commentaire

    encore du fric

    Ce qui est bizarre, c'est qu'il faut tout de même payer Fr. 10'000,-- de finance d'entrée à cette association. Un vrai business de la mort !

    • robert le 29.01.2018 15:28 Report dénoncer ce commentaire

      10 000 CHF pour TOUTE l'association

      Lire l'article, même s'il est mal écrit ou orienté (?)

    • Anniecrettaz@Gmail le 29.01.2018 19:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Borosco

      Je suis inscrite à exit et ne paye que peu de cotisations annuelle. moins de 100 francs et rien à l'entrée.

    • Al Laclairefontaine le 29.01.2018 19:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Borosco

      Tu les paies comment les gens qui organisent tout ça ?